Quand le travailleur social s’épuise au travail

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Social

Les médias auraient sûrement appelé cet article « Un fardeau silencieux dans le secteur social ». Mais ici on va aussi pointer du doigt le côté positif de cet épuisement puisqu’il y a bien évidement derrière cela un message à écouter venant de votre corps et esprit. Je vous en dis plus ….

Dans une société où les défis sociaux sont omniprésents, les travailleurs sociaux occupent une place centrale. Il y plusieurs raisons qui font que nous nous épuisons au travail. 

Cependant, cette noble vocation peut souvent devenir un poids sur le plan émotionnel. A cela peut s’ajouter la perte de sens au travail qui peut miner la motivation, les pressions, la charge de travail, la charge mentale, l’environnement de travail, votre rapport à la gestion du stress et des émotions, les sur-sollicitassions, l’absence de marques de reconnaissance, des relations entre collègues et hiérarchie sous tensions,  la fatigue générale, les soucis personnels, vos besoins, vos propres schémas que vous vous êtes construits (image super héros, besoin de reconnaissance, peur du regard des autres, etc…)…

Il y a bien un aspect de la vie professionnelle des travailleurs sociaux peu évoqué mais qui est malheureusement très présent et vraiment réel : l’épuisement professionnel.

Je vous partage ce témoignage :

« Je me souviens quand j’ai commencé ma carrière, pleine d’enthousiasme et de détermination à aider les autres. Chaque jour, je me levais avec une passion renouvelée pour faire une différence dans la vie des personnes que j’accompagnais. Mais au fil du temps, les défis de ce travail ont commencé à peser lourdement sur moi. Les histoires déchirantes que j’entendais, les ressources limitées auxquelles je devais faire face, et la pression constante pour aider autant de personnes que possible m’ont épuisée petit à petit.

Au début, je pensais que c’était juste une phase difficile à surmonter. Je me disais que si je travaillais un peu plus fort, si je m’investissais un peu plus, les choses s’amélioreraient. Mais au lieu de cela, je me suis retrouvée dans un cycle épuisant de surmenage et de désillusion. Je n’arrivais plus à me connecter avec le sens de mon travail, avec mes valeurs. Je me sentais vidé de toute énergie, émotionnellement épuisée et incapable de trouver la motivation pour continuer.

Cela a affecté ma santé, mes relations familiales et professionnelles,  ma confiance en moi-même et en mes capacités professionnelles. J’ai eu du mal à admettre que j’avais besoin d’un sas de décompression, car j’avais toujours été la personne sur qui les autres pouvaient compter.

C’est un chemin difficile pour retrouver l’envie d’aller travailler. J’ai finalement identifié les signes précurseurs du burnout, établi mes propres limites, écouté mes émotions et recherché des ressources pour prendre soin de moi professionnellement et personnellement. « 

Une leçon professionnelle positive 

L’épuisement au travail peut finalement se  transformer en une leçon positive.

En effet, il faut parfois vivre des situation professionnelles désagréables pour ouvrir les yeux sur votre propres fonctionnement, connaître vos limites, mieux vous connaître vis à vis de ce qui vous entour, agir et éviter que des situations similaires se reproduisent. Toutes ces émotions désagréables à vivre au travail sont des signaux. Elles vous apportent un message vous indiquant que quelque chose ne vous convient pas. Est-ce que le signal « manque d’essence » sur votre tableau de bord de voiture est négatif ? Non il est bien positif puisque sa fonction est de vous avertir que si vous avancez encore 50km sans essence, la voiture tombera en panne.

Parfois il faut du temps pour identifier les situations qui ne vous conviennent pas, savoir pourquoi et comment faire modifier cela au travail.

Un point essentiel est de pouvoir écouter votre corps, votre esprit, et ne pas avoir peur de demander de l’aide lorsque vous en avez besoin.

Notre vie au travail a parfois besoin d’une mise à jour comme faire le point sur ce que l’on accepte ou pas, sur nos valeurs, sur ce que l’on souhaite changer pour revenir sereinement au bureau. 

Il est difficile de prendre soin des autres si vous ne prenez pas d’abord soin de vous-même. Quelle difficulté pour la personne accompagnée d’avoir un professionnel qui n’arrive plus à s’investir et n’arrive plus à déployer les efforts nécessaires pour mener à bien un accompagnement.

Prêt à écouter ce message ?  et identifier la fonction de ce signal ? 

Si vous vous reconnaissez dans ces mots, je serais ravie de vous tendre mon oreille en me contactant par mail ou par téléphone ou tout simplement en nous rejoignant lors du webinaire gratuit qui aura lieu le 25 mars 2024 de 18h à 19h30.

Pour ce webinaire j’ai invité Carole GUINAND coach professionnelle certifiée, mais aussi une experte de premier plan dans le domaine du travail social qui accompagne depuis quelques années les professionnels épuisés. Elle vous partagera ses conseils, et explorera des solutions pratiques pour soutenir et renforcer votre bien-être au travail.